Ligue AURA Badminton
04 76 91 47 86
ligueaurabadminton@badminton-aura.org

Le point légal de novembre : projet sportif ou projet sociétal, doit-on faire un choix ?

Created with Sketch.

Le point légal de novembre : projet sportif ou projet sociétal, doit-on faire un choix ?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER !

Le sujet de novembre : projet sportif ou projet sociétal, doit-on faire un choix ?

SPORTIF OU SOCIAL, DOIT-ON FAIRE UN CHOIX ?

Les tendances actuelles sont de privilégier le développement durable et la citoyenneté, la prise en compte des différences, physique, de genre, d’âge, de provenance ou d’autres encore. Mais nombre de dirigeants avouent leur malaise dans la gestion de ces différences au quotidien. En effet, la plupart d’entre eux sont arrivés dans le monde du badminton via son volet sportif et compétition, des notions bien éloignés du volet social.

Et pourtant, le sport ne porte-t-il pas des valeurs sociales ? N’a-t-il pas des fonctions sociétales ? Alors, n’est-il pas légitime que nous portions aussi d ‘autres valeurs que celles qui sont du seul ressort sportif? 

QUE DIT NOTRE FEDERATION ?

Notre fédération porte un projet social qui repose sur 4 grands principes, réalités du badminton français :

L’accessibilité – La mixité – Les valeurs familiales – La citoyenneté

Ces 4 grands principes que porte notre sport ont donné naissance à 4 axes forts de l’ambition sociétale de notre fédération :

LA SANTÉ

L’INCLUSION

L’ÉDUCATION – CITOYENNETÉ

L’ÉCO-RESPONSABILITÉ

QUE CACHENT CES ITEMS ?

LA SANTÉ : Deux portes d’entrée pour les projets autour de la santé. Une première, directe, simple qui est la prévention primaire et qui regroupe le sport en entreprise, les actions dans les EHPAD… Une moins directe car issue de la prévention secondaire et qui va aller vers le maintien de l’autonomie de nos anciens, ou des personnes malades, le badminton sur ordonnance. Bref les actions qui permettent de retarder des situations dues au vieillissement ou à la maladie.

L’INCLUSION : Ce sont tous les dispositifs ou projets qui permettent d’intégrer des publics éloignés de notre pratique que ce soient des handicapés, des publics de QPV, ZRR, ou autres migrants ou démunis. Mais elle porte aussi sur l’inclusion de TOUS les publics quelque soit leur genre ou leur milieu social ! C’est la mixité de base, celle hommes/femmes mais aussi toutes celles dont on ne parle que trop rarement et qui nous rappellent que nos structures se doivent de n’être jamais discriminantes. Être toujours une porte ouverte et non des barreaux, des murs, des freins. Cela va même jusqu’à faire des animations en milieu carcéral, savoir passer les murs, dépasser les barreaux !

L’ÉDUCATION/LA CITOYENNETÉ : Cet axe découle et porte les deux précédents puisque par l’éducation on peut aller vers l’encadrement des personnes quelles qu’elles soient, on est en capacité d’encadrer des personnes malades par exemple. Mais si on inclut les personnes reçues grâce aux compétences des formés, on ouvre des champs nouveaux aussi aux personnes en formation elles-mêmes ! Ces projets donnent donc lieu à des ponts entre l’Éducation Nationale (le monde scolaire à universitaire) et notre monde badiste (conventions avec les écoles, USEP, UNSS, UGSEL, STAPS…), mais aussi portera sur les dispositifs d’accès à la formation ou à l’engagement comme le SMU (service militaire universel), le service civique ou autre SESAME (accompagnement des jeunes dans leur projet professionnel d’aller vers les métiers du sport).

L’ÉCO-RESPONSABILITÉ : Attention ce n’est pas QUE le tri des déchets, mais c’est aussi le tri ! L’écoresponsabilité est composée d’un ensemble d’actions visant à limiter l’impact de notre activité badiste sur l’environnement. Elle inclut donc une politique qui induit de nouveaux choix de gestion, d’achats, d’organisation de travail, d’investissements et passe bien évidemment par la sensibilisation de tous les acteurs. Elle utilise donc bien entendu, dans notre modèle badiste fédéral, les labels lors de nos événements sportifs, mais passe aussi par la limitation des déplacements, par le choix des transports, par le recyclage…

QU’EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT DURABLE ?

L’ensemble de ces items « se retrouve sous le terme dedéveloppement durable qui luinon plus ne se limite pas aux déchets, mais s’articule autour de 3 piliers fondamentaux, environnemental, social et économique. » Le développement durable, c’est entrer dans une nouvelle façon de voir, de concevoir et de porter nos projets de clubs, de comités et de ligue.

Cela nécessite de connaître et de se placer dans notre environnement (le club est en zone rurale, ZRR, QPV, proche d’une prison, d’un EHPAD…). D’y bâtir une économie (les coûts de licences doivent être abordables par qui, la commune aide sur les projets vers qui, on souhaite dégage des fonds pour qui…) et ainsi répondre à ce pour quoi nos clubs existent : être un outil du monde social. Nous ne sommes que des entités au service des besoins de membres de notre société, les associations sont des lieux de vies de la société humaine.

COMMENT ET POURQUOI ENTRER DANS UNE TELLE DÉMARCHE ?

Comme Monsieur Jourdain de Molière faisait de la prose sans le savoir, nous faisons du Développement Durable sans nous en rendre compte : alors pourquoi ne pas faire le choix de porter haut et fort nos orientations afin d’en faire des outils de réussite ?!

Nos clubs sont inscrits dans un environnement que vous connaissez chacun individuellement. Ce lieu de vie de votre association implique une vision de ses adhérents, une mixité particulière en son sein, donc des orientations, des choix politiques.

Pour exemple, et nous vous en avons parlé dans des éditions précédentes :

-le club de Châtelguyon (63) a fait le choix de travailler avec les EHPAD depuis des années ;

-le club de Vénissieux (69) en ZRR souhaite l’accueil des jeunes des quartiers via un tarif de licence pour eux au plus bas (voir notre dernier article) ;

-le comité 26/07  a travaillé avec un centre d’accueil de migrants.

Pourquoi ces choix ?

Pour créer un environnement favorable pour mettre en place ces actions, une sensibilité particulière des élus bénévoles ou des compétences internes sur certains sujets, un appel à projet par des institutions et l’envie tout simplement.

Comment les porter ? 

En rédigeant un projet de club affichant clairement ces orientations car elles ne sont que la résultante de l’identité même du club. Le rédiger c’est permettre à chacun de s’y reconnaître, y adhérer, s’y inscrire. Mais c’est aussi le moyen de montrer à nos partenaires notre essence même.

Comment les faire vivre ?

On touche là au dernier degré de notre engagement : le partage. On les partage en interne, au sein de notre structure pour trouver les forces vives, pour animer, mais aussi en externe pour financer, pour soutenir, pour diffuser l’information. Qu’ils soient privés ou publics, les partenaires existent et sont friands d’actions dans lesquelles ils se reconnaissent. C’est votre projet qui leur permettra de s’y associer, ce sont vos actions qui leur permettront de s’engager.

Vous êtes dubitatifs ?

Alors sur les trois exemples ci-avant cités : une création de salles à venir avec une place prépondérante du club de badminton et un club créé…sans compter la satisfaction de celles et ceux qui portent ces projets, la valorisation personnelle de chacun d’entre eux, ce sentiment élémentaire et non moins motivants de se sentir et au-delà de se savoir UTILE !

Comment faire maintenant ?

Nous sommes toujours à votre écoute pour vous aider dans vos projets sur ces sujets ! Au sein de la FFBaD, 4 salariés, chacun affecté à un axe sauront répondre à vos questions ; au sein de la ligue, c’est la commission développement qui est présente sur tous les sujets avec divers interlocuteurs suivant la compétence requise !

On est là, à vous d’agir !

Retrouvez l’historique de nos articles sur les sujets réglementaires et administratifs dans l’onglet dédié !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.