Ligue AURA Badminton
04 76 91 47 86
ligueaurabadminton@badminton-aura.org

LE POINT LEGAL

Created with Sketch.

Autre rubrique incontournable de notre bulletin mensuel, le point légal ou bien « la réglementation en 2 mots ».

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER !

Si le titre est un peu trompeur, nous vous proposons chaque mois un focus sur un sujet bien précis qui vous concerne en tant que dirigeant de club ou licencié (transport, AG, licenciation, droit à l’image, recherche de partenaires,…).

Le sujet de novembre : Le projet de club, support de son développement

Ce mois-ci, nous poursuivons notre focus sur la construction du projet de club. Après vous avoir présenté les multiples avantages de créer un projet de structure, nous espérons vous avoir convaincu de vous lancer dans sa création !

Ainsi, nous vous présentons en novembre les différentes étapes et des conseils avisés pour le construire efficacement. C’est parti !

 Deuxième opus : le comment

Un club, c’est la réunion de personnes ayant l’envie de créer une structure pour accueillir une activité. La première chose à faire pour mettre en place un projet, c’est de comprendre ce qui anime ce groupe à être précisément un groupe. Qu’est-ce qui les réunit, mais aussi ce qui les divise afin de définir les « valeurs » du groupe mais aussi ses richesses à ne pas perdre. Les valeurs vont être ce qui le réunit et bien entendu la diversité sera le plus souvent ce qui le divise. Mais cette dernière n’est pas à fuir ou à nier. En effet, la diversité peut aussi être un choix avéré et pertinent, voire elle peut faire partie des valeurs !

L’état des lieux :

Pour bien débuter la construction de votre projet, un bon état des lieux est capital !

Avant de commencer toute rédaction de projet, il faut débuter par un état des lieux de la structure. Ce dernier se fait par un questionnaire auprès des adhérents et les informations historiques et organisationnelles de la structure. Les données sont compilées afin d’en dégager « ce qui fait » la structure :

Ses valeurs :

Il y en aura plusieurs obligatoirement mais elles ne doivent pas être trop (4 valeurs majeures suffisent) et ne doivent pas se contredire. Ce peut être par exemple la convivialité, l’accueil de tous, l’esprit de compétition, la formation des jeunes…Et bien entendu comme vous êtes affiliés, mais aussi parce que vous êtes dans un pays démocratique laïc, vos valeurs doivent respecter le droit et les valeurs fédérales (laïcité, non-discrimination, tolérance, fair-play…).

– Ses buts : 

Ce que la majorité des adhérents en attend. Ces attentes sont aussi diverses qu’il y a d’adhérents. Il faut donc dégager les 3 ou 4 courants majoritaires.

Le projet en lui-même :

On va ensuite extraire de l’état des lieux ce que l’on veut faire, de ce qui existera demain :

On fait alors un listing des « mini-projets » qui découlent des envies.

Vous imaginez bien ici l’importance d’avoir récapitulé les attentes ! En effet, si ces dernières sont les rencontres, la convivialité, le sport pour tous et l’ouverture vers les anciens mais que l’action phare retenue pour le projet est la création d’une école de jeunes, il y a un souci. Non pas que cette idée soit mauvaise, mais elle ne sera pas adaptée à ce moment donné de la vie de la structure.

Nous sommes bien d’accord aussi que ces idées émanent de l’état des lieux et non des désirs d’un ou deux dirigeants, qui tout investis et sincères qu’ils puissent être, ne peuvent pas penser à la place d’autrui. C’est pourquoi interroger les adhérents est indispensable, mais les écouter est crucial.

La liste des idées ainsi énoncées doit être affinée en lui affectant :

– une temporalité. En effet, si, par exemple le projet est d’encadrer des jeunes et qu’un bénévole souhaite le faire, la première chose à faire sera d’envoyer la personne en formation, avant d’ouvrir les créneaux jeunes. Logique certes, mais il faut le noter et le faire apparaître.

– des prérequis qui vont découler des actions.  En effet, il faut connaître les incidences que chaque choix va avoir afin de mettre en place ce qu’elle implique. En reprenant l’exemple de l’accueil des jeunes : on ne pourra pas ouvrir de créneaux jeunes sans supprimer un créneau existant ou en en demandant un nouveau auprès du propriétaire d’un équipement. Lister ces obligations convenablement mais aussi le plus complètement possible est ainsi indispensable.

– des actions concrètes à effectuer :  d’une simple idée de départ, une foule d’actions va émerger. Il faudra enfin les classer par priorité, par temporalité….

Créer le projet à proprement parler :

Il faut ensuite réunir l’ensemble des actions clés retenues et temporalisées dans un seul document. Ce document devra mettre en évidence l’organisation du club. Par exemple, s’il y a comme axes forts : l’encadrement des jeunes, les interclubs, l’accueil d’anciens, et la formation (pour sous-tendre les trois premiers axes de travail) ces 4 axes devront être visibles et lisibles dans le document final.

Nous retiendrons que :

Le projet est  une réunion d’actions, d’axes de développement, de formations, de progression :

-Réunion d’actions :

– Comme nous l’avons vu plus haut

– Priorisées entre elles

– Temporalisées pour permettre à chacune de se mettre en place

Axes de développement :

Ces actions correspondent à des axes de développement au sein de la structure. C’est-à-dire un point sur lequel on souhaite améliorer la structure. En reprenant l’exemple des jeunes, ce sera par exemple : savoir répondre aux attentes des parents adhérents du club. Mais cela pourra aussi savoir répondre aux attentes de la communauté de communes. Ce point peut avoir son importance pour les recherches de financements, il ne doit donc pas être négligé.

Formations :

On l’a vu, bien souvent mettre en place des nouveaux dispositifs nécessite de former les personnes qui les porteront. Cette montée en compétence peut être valorisante pour le club, mais aussi pour les bénévoles ou salariés concernés. La formation ne doit donc absolument pas être négligée. Cela demande donc d’aller chercher ce qui existe et comment y avoir accès.

Progressions :

Dans tous les cas mettre en place un projet va permettre d’améliorer la structure. On se suffit bien à nous-même tels que nous sommes dirons certains. Oui, sans doute…un temps, puis, la lassitude, l’évolution des populations, les pressions des autres sports ou des institutions locales qui imposent de connaitre le projet pour continuer à mettre à disposition des créneaux…Tous ces éléments vont dans tous les cas agir sur la structure, alors mieux vaut essayer régulièrement de s’interroger pour lui permettre d’évoluer afin de répondre aux attentes du plus grand nombre et de construire ce que l’on veut pour demain.

Cela sous-entend savoir mesurer ladite progression : Il faut donc bien définir les éléments mesurables qui vont permettre de voir si l’action réalisée a été efficace ou non. Le cas contraire, il sera alors temps de trouver des remédiations pour réellement réaliser les actions prévues, ou dans le pire des cas de ré-orienter le projet (attention, cela doit être un dernier recours et un projet de club ne doit pas changer tous les 6 mois!). Ces éléments de jugement doivent apparaître aussi dans le projet.

Le partage du projet, un élément indispensable

Une des clés pour construire son projet de structure : l’écoute et la concertation !

Logique en amont compte tenu du fait que nous faisons un état des lieux. Mais aussi après, une fois rédigé, afin de le soumettre au vote de l’Assemblée Générale, de le présenter à nos partenaires financiers que sont la mairie, les sponsors, les instances fédérales….mais ceci nous l’avons vu le mois dernier, puisqu’il avait été abordé le fait que cela permettait aussi de trouver de nouveaux bénévoles, donc…

Vous voici maintenant parés. Cela vous semble être une montagne ? Alors commencez petit : faites un état des lieux et dégagez un ou deux axes majeurs. Cela vous aidera pour demain à faire un peu plus, puis un peu plus et…

Ensuite, nous sommes un sport olympique donc n’hésitez pas à raisonner en olympiades (= 4 ans), cela facilite la temporalité et donne des perspectives. Enfin, inspirez-vous des projets fédéraux, régionaux et départementaux qui existent et dans lesquels vous devez vous inscrire obligatoirement…

Pour tout cela n’hésitez pas à prendre contact avec vos instances mères (comité départemental ou ligue) qui sont là pour vous accompagner !

Pour 2020/2024, nous attendons de lire des foules de projets car ce sont vos choix et priorités qui orientent les nôtres !

HISTORIQUE :

Septembre 2019 : La licenciation

Octobre 2019 : Le projet de club, pourquoi ? (1/2)